Les aventures de Tantin et Abby

J’ai la chance mais aussi la malchance d’habiter un petit village de campagne, je donne du coup des libertés à mes enfants, que je n’aurai jamais pu donner si j’habitais dans une grande ville.

C. a donc pu rentrer de l’école tout seul depuis l’année dernière soit à 7 ans et cette année A. qui n’a que 6 ans me demande de faire pareil alors je la fais rentrer toute seule mais pas sans que je la suive. Ah non je ne suis pas assez folle, par contre seule au volant en la suivant, je me marre, je la regarde ! Elle discute à personne, elle se raconte des histoires, elle sautille. Bref, c’est marrant, j’avance comme une tortue, je crée le bouchon du village.

Pour illustrer l’histoire la photo qui me gonfle de fierté mais qui me fait dire aussi que mon bébé est devenu grand.

 

Depuis que je suis prof, j’ai besoin d’un sac pour mettre tout mon bazar, comme je marche beaucoup il me faut un sac pratique. J’ai opté pour un sac à dos. La première année, j’avais pris un beau sac à dos Samsonite (qui m’avait coûté un bras) mais en juin de cette année, il n’était plus en état de fonctionner, va comprendre pourquoi la fermeture à glissière ne ferme plus (il m’aura fait trois ans). Cette année, j’ai donc opté pour moins esthétique mais beaucoup plus fiable Eatspak. Je l’attends avec impatience comme si c’était le saint Graal.

Dans mon sac de prof, cette année en plus de toutes mes affaires habituelles : cahier de prof avec ce que je fais à chaque heure et notes des élèves, j’ai complété ma trousse avec des tampons (surtout pour les collégiens). J’ai eu l’idée en lisant des blogs de profs. Je les ai achetés sur les tampons de Zoé, la livraison est super rapide. J’ai opté pour ceux qui ne sont pas automatiques parce que chez moi j’avais des réserves d’encre donc je voulais les utiliser.

Et puis must du must (enfin je l’espère) je me suis ouvert un compte Edmodo afin que nous puissions échanger avec mes élèves sur les différents problèmes de physique. J’espère qu’ils adhéreront.

Après notre mariage à Cambridge, nous sommes partis pour Oxford retrouver nos amis que nous avions déjà vu il y a un peu plus d’un an. En un peu plus d’un an la famille s’est agrandie (non pas chez nous mais chez mes amis). Nous avons ainsi rencontré leur petite puce, toute mignonne celle pour qui j’avais repris mes aiguilles et brodé un joli panneau de porte.

Cette fois-ci nous avons fait un peu plus de tourisme et de marche, le dernier séjour étant un peu froid (nous y étions venus en février). Il a fait un soleil magnifique et du coup nous avons pu marcher dans la ville. Nous avons visité le collège où est située la salle qui a servi de réception dans les Harry Potter (ça va vous me suivez, je ne vous ai pas perdu). L’avantage de se promener avec ma copine, c’est qu’elle est membre de l’université d’Oxford donc nous ne payons pas les accès au collège qui sont extrêmement chers avouons-le. Nous avons aussi découvert le joies d’un parc de jeux proche de chez eux, les enfants ont pu profiter du toboggan et du splash play. Le principe du splach play est simple, les enfants en maillot de bain se mouillent avec des jets d’eau de différentes formes.

IMG_0063 IMG_0064

Nous sommes revenus avec quelques souvenirs tout de même.

sweat
baguette magique
tee-shirt
mcvities

Nous sommes partis le vendredi 25 Juillet de très bonne heure : 5h afin d’aller traverser la Manche car nous craignions les embouteillages parisiens et nous ne voulions pas être en retard pour l’Eurotunnel. Nous avions un mariage le lendemain à Cambridge.

Nous avions décidé d’y aller en voiture pour des raisons économiques mais surtout surtout pour être autonomes sur place car nous voulions aussi aller sur Oxford où nous avons des amis qui vont déménager très bientôt sur… Cambridge.

L’aventure a donc commencé par un trajet en voiture, un train de 30 min. dans la voiture, c’est assez marrant comme principe puis encore un trajet en voiture et cette fois de l’autre côté… L’Eurotunnel d’ailleurs te le rappelle bien : « n’oubliez pas de rouler à gauche ». J’ai fait les kilomètres jusqu’à Cambridge parce qu’en montant dans le train j’étais au volant. En fait ce n’est pas si compliqué, il suffit de suivre les autres et les rond-points se font d’une façon évidente : tu prends le côté qui te semble le plus proche.

Nous avions réservé un appartement que nous avons récupéré très facilement, la confiance des anglais en est déconcertante. Quelqu’un est venu nous apporter les clés (aucune visite de contrôle) et nous les avons rendues dans la boîte aux lettres correspondante aux clés.

L’appartement était de tout confort pour deux nuits même si ça nous était un peu égal, finalement j’étais super contente de la prestation, du coup l’organisme est à recommander.

Le mariage s’est déroulé sans grand chichi, un mariage anglais ne ressemble en rien à un mariage français s’en est déconcertant. Les mariés s’étaient mariés en février à la mairie donc nous n’avions aucune cérémonie. Nous avons juste eu un apéritif dans un jardin à partir de 13h et le repas commençait vers 15h. À 18h30, nous avons été mis à la porte de la salle car nous avions fini le repas (nous avons décidé avec tous les amis français de finir la soirée au pub ! non mais ho !).

La réception s’est déroulée dans un des fameux collèges de Cambridge.

Nous avons ceci dit très bien mangé :

– salade de magret de canard chaud avec noix de saint Jacques

– petite tarte renversée de homard

– filet de porc aux petits légumes

– gâteau des mariés

Les enfants ont pu retrouver des filles d’amis et ils ont beaucoup joué avec elles.

Cambridge est une ville très étudiante et qui se fait très facilement à pieds, les enfants ont super bien suivi même jusqu’à l’épuisement. Abbygaëlle s’est endormie sur le dos de son père pour les derniers 300 m qui nous séparaient de l’appartement au retour du pub.

Pour finir une photo des tenues des enfants, nous avons eu un soleil magnifique et une chaleur acceptable heureusement je ne leur avais pas prévu quelque chose de chaud. Abbygaëlle portait avec fierté une robe faite par sa « maman ».

IMG_0557_red IMG_0553_red

Ça y est nous pouvons dire que nous les avons fait. Contantin a su braver la pluie qui s’est abattue sur l’équipe toute la première matinée. Les pantalons blancs étaient transparents tellement ils étaient trempés. Constantin avait la banane et le sourire tout le long de chacun de ses parcours. Il en a fait deux : un le jeudi matin vers 9h et un le vendredi vers 17h. Celui du vendredi était dans le manège et je n’ai pas de photos alors je vous montre celle sous la pluie battante. Notre équipe a été super courageuse et très enthousiaste de participer à ce championnat.
Il n’y a pas à dire j’adore cette période où Lamotte-Beuvron se remplit de tous ses cavaliers (je sais je sais je vais me faire des ennemis parce qu’en général la population locale désapprouve cet encombrement). Moi, j’ai l’impression de découvrir une autre facette de cette ville si calme d’habitude.
Une petite photo en prime de mon « petit » (non grand) cavalier si fier de lui car le vendredi il a fait le « sans faute » qu’il m’avait promis.

IMG_0589_red

Elle a eu 5 ans ma louloute !

Celle qui n’a pas envie de manger. Celle qui s’affirme de jour en jour. Celle qui me ressemble physiquement comme si elle était mon miroir mais sans les rides. Celle qui bronze dès le premier rayon de Soleil de sortie. Celle qui déborde d’énergie. Celle qui chante et danse toute la journée. Celle qui joue toute une journée toute seule dans sa chambre et qui invente des histoires. Celle qui veut devenir soigneuse au Zoo de Beauval (rien que ça !). Celle qui est amie avec tous les oiseaux de la Terre et leur parle même !

Bref tout ça pour dire qu’elle a eu 5 ans et que mon bébé disparaît petit à petit pour devenir un petite fille très … sage (ah non là c’est dans mon rêve).

Celui-ci a permis à nos chères têtes blondes d’être qualifiées pour les championnat de Lamotte-Beuvron. Nos cavaliers concouraient pour la première en équipe. Ils étaient donc 4 sur la ligne de départ à passer évidemment chacun leur tour. L’équipe de Constantin a fini deuxième donc autant dire qu’ils étaient fiers et pourtant ils n’ont pas eu de récompense car le club qui les accueillait n’a pas trouvé bon de les récompenser. Tant pis, nous étions très fiers d’eux et c’est bien là le plus important.
Rendez-vous jeudi 10 et vendredi 11 juillet pour leur équifun de championnat de France, en attendant nous bichonnons tout le monde (poneys compris)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 203 autres abonnés